• Subcribe to Our RSS Feed

Chez le Grand Docteur

Juin 2, 2010 by     9 Comments    Posted under: Gabon

Troisième et dernier volet des « Aventures de Monique et Jean-Louis au Gabon » :

« Monique et Jean-Louis chez le Grand Docteur »

Episode 1 : Le clando d’Aziz

Pour se rendre à Lambaréné depuis Libreville, il faut prendre la Nationale 1: 235 km de route en lacets, plus ou moins en bon état. On traverse l’Equateur et on passe de l’Estuaire à la province du Moyen-Ogooué.

Nous avions donc rendez-vous à 10h du matin avec Mr Aziz, notre chauffeur pour l’occasion. Mr Aziz fait la navette entre Libreville et Lambaréné avec sa Carina E. Ce n’est pas vraiment un taxi officiel, car les taxis n’ont pas le droit de se déplacer d’une ville à l’autre ; ici, on appelle ça un clando.

10h : le téléphone sonne … « Allô ? Bon, oui, j’arrive dans 20 minutes. »

10h30 : je rappelle le chauffeur …

« Vous êtes où là ?

_ Dans les embouteillages. J’arrive bientôt. Mais vous êtes combien déjà ? Ah, 4 … bon, j’arrive. »

11h15 : le téléphone re-sonne …

« Il est venu vous chercher ?

_ Non. Mais vous êtes qui d’abord ? »

 11h17 : Je rappelle Aziz … 

« Ah, j’ai envoyé quelqu’un vous chercher parce que j’ai la malaria pleine de médicaments. Mais il n’est pas venu alors j’arrive. 

_ Mais vous êtes malade ? Fallait nous le dire, on aurait demandé un autre chauffeur !

_ Non, c’est juste la malaria …  »

(3 fois à lui faire répéter et j’ai quand même fini par piger qu’il parlait de la malle arrière … me voilà rassurée !)

11h30 : Mr Aziz arrive enfin avec sa Carina flambant neuve (juste de l’extérieur) et sa malle arrière pleine à craquer de médocs pour l’hôpital Schweitzer. Il alpague un taxi dans lequel Pierre et moi embarquons avec les valises et tout le monde part ENFIN pour la gare routière. 

12h00 : « Bon, faut se dépêcher parce qu’ils vont fermer la route. Le président va passer. »

Le temps de décharger les cartons de médicaments, en donner une partie à un collègue qui va assurer la livraison, recharger les plus gros cartons dans la Carina, bourrer le coffre avec nos bagages … (je bous) … installer tout le monde, attacher sa ceinture (ah, non, y’a pas) … et nous voilà partis !

4 heures plus tard, nous arrivons chez le Grand Docteur, le dos en compote et bien fatigués, mais sains et saufs :o) 

IMGP1939.JPG    

Episode 2 : La fondation Schweitzer

Nous déambulons en touristes sur le site, qui est relativement étendu. Il y a le nouvel hôpital, les bâtiments administratifs, la zone historique et le village qui permet d’accueillir les familles des malades (une école, un petit magasin d’alimentation, quelques ateliers d’artisanat …). 

L’esprit du Grand Docteur est partout présent en ces lieux et la Fondation s’est donnée pour mission de poursuivre l’oeuvre médicale et humanitaire d’Albert Schweitzer. En plus de l’hôpital, il y a une unité de recherche (paludisme, maladies tropicales …), et la prévention du SIDA et l’accompagnement des malades sont les activités importantes du centre (Pour en savoir plus, cliquer ici.)

Nous logeons dans les anciens bungalows des collaborateurs du docteur et prenons nos repas avec l’équipe médicale, dans l’ancien réfectoire. En fin d’après-midi, nous regardons les enfants qui se défoulent sur les bords de l’Ogooué. Ils sonnent la vieille cloche (celle qui servait à rappeler aux malades l’heure de la prise de médicaments), font des acrobaties et jettent des cailloux aux chauves-souris pour les faire décoller.

IMGP1830

IMGP1931    

Episode 3 : En pirogue


Une journée de balade sur l’Ogooué est organisée le lendemain de notre arrivée. Le fleuve est formé de multiples bras menant à des lacs. En saison sèche quand les eaux sont basses, on peut croiser des hippopotames … mais nous sommes venus trop tôt pour ça. Nous avons quand même la chance de voir des pélicans ! (et beaucoup d’autres espèces ornithologiques …)

IMGP1714

IMGP1704

IMGP1768

Nous passons par le lac Evaro et le lac Onangué. Autour de ces lacs, il y a plein de petits villages traditionnels qui vivent de leurs propres cultures, et d’un peu de commerce avec Lambaréné. Nous nous arrêtons à la mission Ngomo à l’heure du déjeuner. C’est le pasteur qui nous accueille et nous fait visiter l’église. Il est tellement ravi d’avoir des visiteurs qu’il grimpe à un oranger pour nous offrir quelques-uns des ses délicieux fruits. Nous partageons nos sandwichs avec lui avant de repartir.

IMGP1826

Episode 4 : Le respect de la vie

« Toute vie émane d’une vie et engendre une vie…

Je suis vie qui veut vivre, au milieu des vies qui veulent vivre. » – Albert Schweitzer

Au petit-déjeuner, le lendemain, nous faisons la connaissance de J**, jeune homme d’une trentaine d’années qui nous raconte simplement son histoire, en enlevant sa casquette pour découvrir ses tresses (les ‘civiles’, m’ont dit mes élèves de Coiffure). J** est séropositif. Il ne sait pas comment c’est arrivé. Un jour il a entendu dire qu’il fallait faire le test du VIH, que ça pouvait toucher n’importe qui. Et son monde a basculé. Il a voulu se laisser mourir. Le regard des autres change quand ils apprennent que vous êtes séropositif. Ils ont peur de vous serrer la main. Il y a peu, J** a décidé de se présenter à l’hôpital Schweitzer pour raconter son histoire et aider les malades du SIDA. On lui a fait confiance, on lui a donné une chance. Aujourd’hui il assure un soutien psychologique auprès des malades et suit une tri-thérapie. S’il se tresse les cheveux, c’est pour « s’occuper l’esprit ». 

Notre matinée se poursuit par la visite du site historique (la grande pharmacie, la maison du docteur …), mais je crois que c’est cette rencontre qui nous aura donné la pleine signification de la pensée du Dr Schweitzer : le respect de la vie et de la dignité humaine.

Episode 5 : 2 km à pied …

Il faut bien avouer qu’il n’y a pas grand chose à faire dans le coin … Une fois qu’on a passé une journée sur les lacs et qu’on a visité le musée Schweitzer, ben … Comme personne n’a envie de rester dans nos bungalows à faire la sieste (impossible avec les chauves-souris qui crient toute la journée!), nous décidons de sortir de la ville pour aller voir un sculpteur de pierres de Mbigou. Il paraît que c’est à peine à 2 km … Crème solaire, casquette, lunettes de soleil et nous voilà parés pour affronter la chaleur de l’après-midi.

IMGP1897

Beaucoup de gens nous regardent passer d’un air incrédule : « Mais ils sont fous ces blancs de marcher. Pourquoi ils prennent pas un clando ? » Le sculpteur est à la sortie de Lambaréné, après un poste de police et les taxis officiels n’ont pas le droit d’aller jusque là. Les plus âgés nous sourient d’un air aimable et nous font de grands signes de la main. « Il est encore loin le poste de police ? »

En chemin, Monique et Jean-Louis font la connaissance d’Alexandre. Ancien militaire, qui a fait ses classes à Montpellier, Alexandre est tout heureux de rencontrer des Français et un collègue de surcroît ! Il rentrait chez lui à Lambaréné mais n’hésite pas à rebrousser chemin pour nous accompagner chez le sculpteur, son frère. Pendant 1h30 de trajet (vous croyiez vraiment que c’était à 2km ?) Alexandre nous parlera de son activité bénévole dans une association de lutte contre le SIDA, et de mille autres choses en nous appelant « mon colonel », « maman Monique », « mon fils » et « maman Hélène ».

Chez le sculpteur, Alexandre se fait offrir un peu de vin de palme, tandis que nous admirons le travail de la pierre de Mbigou. La roche est très tendre, avec de belles nuances roses, bleues ou ocres selon les cas. Nous faisons connaissance avec toute la famille et je prends des photos pour leur offrir un petit souvenir.

IMGP1905

Au final 13 km de marche dans l’après-midi d’après le GPS, mais une super balade à la rencontre des gens du pays !

Epilogue

Ainsi s’achèvent les aventures de Monique et Jean-Louis au Gabon. J’espère que vous aurez aimé lire ces quelques articles aussi longs que l’Ogooué et que les photos vous auront fait voyager ;o)

Bises à tous et à bientôt

LN

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

9 Comments + Add Comment

  • Would you add your bat photo as a citizen-science observation to the AfriBats project on iNaturalist?:
    http://www.inaturalist.org/projects/afribats

    AfriBats will use your observations to better understand bat distributions and help protect bats in Africa.

    Please locate your picture on the map as precisely as possible to maximise the scientific value of your records.

    Many thanks!

    PS: these are straw-coloured fruit bats or roussettes paillées (Eidolon helvum)

  • MDR !!! trop trop bon le coup de la malle arrière !
    un jour à Zanzibar un mec nous a dit « no need to hurry in Africa »
    ah ba oui c’est ca !
    en tout cas ça a du être de super vacance très enrichissante humainement !

    sinon Ln :
    – tes photos sont de + en + top !
    – je me régale de lire tes articles !

    A+ les cocos !

  • Merci Vinc’ ! 

    Je ne sais pas si ce sont mes photos qui s’améliorent ou juste mon matériel :p mais en tout cas, j’adore ça ! 

    Bisous à toi et Manu

  • Hélène, tu devrais être écrivain !
    Tu as de qui tenir ! Tu connais mes poèmes ….
    En tous cas,BRAVO pour ce récit !
    C’est passionnant et je me suis laissé embarquer !

  • Merci papa ! Eh oui, les chiens ne font pas des chats ;o) 

    Gros bisous

  • De magnifiques photos, avec toi, je ne suis jamais déçue…
    un texte riche en informations et en émotions, mais surtout en humanité.
    Quel régal de venir visiter ton blog…
    MERCI!!!
    Bises

  • Merci Milou, ton commentaire me touche beaucoup :o) 

    Bises

  • Et oui, c’était comme ça notre voyage au Gabon…De rencontre en recontre, c’est ce que je retiendrai de plus émouvant de ce voyage…Ce sont ces personnes rencontrées le long de nos chemins et qui
    partageaient avec nous un moment fugace de leur vie…J’ai découvert un continent, un pays, mais surtout des personnes…c’est super il faut y aller…mais attention aux clandos…mais les
    discussions avec les chauffeurs sont savoureuses et font oublier le mal de dos….

  • On est super heureux que le voyage vous ait plu à ce point ! 

    Gros bisous

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>