• Subcribe to Our RSS Feed

Que faire ?

Mar 12, 2010 by     10 Comments    Posted under: Gabon
Cet après-midi, j’ai eu deux nouvelles petites filles en cours de soutien, en plus de Kendra et Lewechi. Nous avons lu une histoire sur les animaux de la savane, dans laquelle on manipule également les nombres de 1 à 10 (le seul livre potable que j’ai trouvé à la bibliothèque). J’avais prévu quelques petits exercices dans lesquels il fallait reconnaître les noms des animaux, les écrire puis travailler sur les nombres. A chaque ligne d’écriture faite par les enfants, je mettais une appréciation au stylo rouge et les encourageais à écrire sur la ligne ou à mieux former certaines lettres.

Cocotiers - Fête Don Bosco - 8

D’habitude, les enfants apprécient cette heure du vendredi. Bien que peu élaborée sur le plan pédagogique, elle leur permet de s’entraîner à la lecture, l’écriture et le calcul de façon ludique. Ce sont eux qui me réclament de petites dictées, qui veulent écrire les noms des objets qu’ils dessinent, etc …

Mais cette fois-ci, une des petites nouvelles s’est complètement braquée en milieu de séance car je ne lui avais pas encore mis de TB pour ses lignes d’écriture. Elle gardait les yeux baissés et des larmes silencieuses lui coulaient sur les joues. J’avais beau lui expliquer que ce n’était pas grave, que ça ne comptait pas, que c’était pour l’aider seulement et qu’elle ferait mieux la prochaine fois … rien à faire. Je sentais confusément de la peur dans son attitude mais je ne comprenais pas ce que j’avais pu faire ou dire de si terrible (j’avais bien mis un AB à Kendra, mais elle était toujours aussi joyeuse et remuante que d’habitude, elle …) et la petite restait muette.

L’heure de la récré a sonné peu après que la petite ait repris un peu tristement le coloriage des animaux de la savane. Comme il ne restait plus qu’elle dans la salle de classe et que je lui disait qu’elle pourrait terminer chez elle, elle m’a avoué d’une toute petite voix que sa maman la battrait si elle ramenait une mauvaise note.

Ma première (et détestable) réaction a été l’incrédulité. Comment, dans ma grande naïveté de blanche-à -qui-sourit-la-vie, pouvais-je croire que des parents battent leurs enfants ? Sûrement, elle faisait un peu de cinéma pour avoir ce fameux TB … Je lui ai même demandé des détails pour évaluer le problème : elle te tape où ? elle te donne des petites tapes ou elle te fait très mal ? tu peux me montrer tes bleus ? Quand j’y repense, j’en ai super honte. Quand un enfant dit une chose pareille, il faut le croire, c’est tout !

Ne sachant que faire pour la consoler et la rassurer, je lui ai dit que je gardais sa feuille d’écriture. Comme ça, elle n’aurait pas à la montrer à ses parents et ils ne se fâcheraient pas contre elle. J’ai tenté un peu maladroitement de lui faire un câlin et puis nous sommes sorties. Là, j’ai pu discuter avec la maîtresse, qui était au courant de la situation et avait déjà eu une discussion avec la mère. A ce que j’ai compris (corrigez-moi si je me trompe), il est courant dans les écoles privées gabonaises de corriger les élèves et certains parents sont d’accord avec ces méthodes d’éducation. Ce n’est pas la façon de faire de la maîtresse, qui a tenté d’expliquer à la maman de la petite que les enfants ne peuvent pas apprendre dans la peur. Cela n’a pas suffit, apparemment. 

Le Gabon a signé la Convention des Droits de l’Enfant en 1994. Dans l’article 19, il est dit que l’Etat doit protéger l’enfant contre toute forme de violence et de brutalités physique ou mentale. Je suis allée sur le site officiel du Gabon ce soir, en cherchant des réponses, pour savoir vers qui me tourner, savoir quoi faire pour soulager ma petite élève. Je n’ai rien trouvé. 
Sur le chemin du retour, j’ai revu en pensée tous ces enfants qui mendient quelques pièces ou un croissant à la sortie des supérettes de POG, ceux qui passent leur journée à guider un oncle aveugle au lieu d’aller en cours, ces filles qui m’ont confié devoir faire toutes les tâches ménagères à la maison … Qu’est-ce que cela cache réellement ? Combien d’enfants sont concernés par la maltraitance ici ? Y’a-t-il des associations qui peuvent les aider comme en France La voix de l’enfant ou L’enfant bleu ? Un numéro spécial comme le 119 français ? 

J’ai aussi réalisé à quel point je prenais un peu trop cette heure du vendredi à la légère. Peut-être qu’avec des exercices plus adaptés, ma petite élève pourrait faire de réels progrès et éviterait ainsi les coups ? 

Avant que je ne parte, elle est encore revenue me voir. Nous sommes restées un moment l’une à côté de l’autre. Elle m’appelant au secours sans un mot, et moi parlant et parlant sans cesse, essayant de la rassurer, de lui poser des questions sur ses amies pour lui changer les idées … Mais qu’y avait-il à dire ? 

   

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

10 Comments + Add Comment

  • Très bel article…J’en ai des frissons! Que ce doit être dur de se sentir aussi démunie! J’espère que tu trouveras le moyen de rassurer cette petite fille et de l’accompagner vers la réussite
    scolaire et loin des coups de ses proches. Se rendre compte du problème est déjà un petit pas vers la solution, non ? Courage…

  • Oui ! On va forcément trouver une solution !
    Merci à tous pour vos encouragements !!

    Bisous

  • Vous avez bien réagi. La seule solution est de noter non pas les résultats mais les efforts accomplis… Surtout il faut gagner la confiance de cette petite fille pour qu’elle puisse parler…Et si
    vous trouvez des exercices dans lesquels elle peut réussir alors là ce sera parfait…

    Il faut bien se rappeler que la misère humaine se trouve sur tous les continents…
    Courage, ce que vous faites vous le faites avec tout votre coeur donc c’est bien

  • Je crois qu’une part de mon innocence s’en est allée vendredi. Pas facile de cotoyer la misère humaine. Heureusement, en tant qu’instit, on doit avoir les moyens de faire quelque chose, ça me
    réconforte !

    Gros bisous

  • Les différences de culture sont parfois difficiles à comprendre…et la tâche de l’institutrice parfois délicate (ce qui rend aussi ce métier si passionnant).Ecouter, parler, rassurer …est
    toujours important (même si tu as l’impression que cela est peu). Fais toi confiance !
    Bisous

  • Cela va au-delà de la différence de culture à mon avis… Encore que j’en sais trop peu sur la situation.
    C’est vrai que c’est un métier passionnant, humain et utile :o) Ca me plait !
    Gros bisous !

  • Je trouve que « Papa » a raison car ce qui compte le plus ce sont les efforts (puisqu’ensuite ils payent…). Il est important d’encourager et de les récompenser, pour les enfants d’abord, et dans ce
    cas particulier pour « rassurer » la maman.
    A Madagascar, on était tous beaucoup tapés à l’école, moi j’ai pris beaucoup de coups pour les fautes d’orthographe!!!Les élèves nord africains et africains que j’avais en seine et marne, étaient
    beaucoup tapés par leurs parents. j’ai même du faire des signalements à plusieurs reprises.
    Tu fais tout ça très bien… je te l’ai déjà dit.
    Bon courage
    Bises
    Milou

  • Merci beaucoup Milou pour tes encouragements et pour avoir partagé ton expérience. Tu dis que en France tu as du signaler quelques cas aux autorités. Moi je l’ai signalé à la maîtresse, mais
    doit-on remonter plus haut ? Je me demande comment ça se passe au Gabon …

    Bises

  • Très bel article qui montre qu’un blog n’est pas synonyme de légèreté.
    Une bonne façon semble t’il de contenter tout le monde selon moi :
    Mettre une note sur les efforts et une autre sur les résultats, le tout accompagné d’ encouragements et de signe de confiance ( tu auras le talent nécessaire pour faire çà …)
    Ainsi,la maman qui punit verra des signes positifs et aura moins de  » bonnes raisons » liées à ses croyances pour la sévérité.
    Biz

  • Merci mon papa !
    Mes appréciations ne comptent pas vraiment dans le carnet et ne sont pas communiquées aux parents (jusqu’à présent), mais je vais suivre ton conseil. Au moins pour lui redonner confiance.
    Bisous !

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>